Gossip Girl RPG - Lux & Veritas, welcome to Yale

Bienvenue à New York, dans l'Upper East Side, où mes amis et moi vivons Tout le monde connaît la célèbre rengaine de Gossip Girl, bien sûr. Et pourtant cette année, les choses pourraient devenir très différente, bienvenue Yale, et autres Elites - eurk
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorsque les Yalies découvrent la dure réalité des cours - Sc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gossip Girl
Gossip Girl | You know you Love me
avatar

Féminin Nombre de messages : 107
Age : 27
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Lorsque les Yalies découvrent la dure réalité des cours - Sc   Lun 4 Fév - 22:59

Law School

Premier cours de droit public de l'année. Autant dire que le prof ne se prive pas de blablas inutiles, censés vous expliquer les méthodes de travail requises. L'entendre répéter l'adage "le travail, c'est la santé" vous déprime terriblement, et à regarder les autres étudiants assis à vos côtés dans l'amphithéâtre, c'est aussi leur cas. Alors pourquoi ne pas s'ennuyer en coeur, et faire connaissance avec vos adorables camarades, par la même occasion ? Rien de tel qu'un cours barbant pour papoter, et en savoir plus sur les étudiants avec qui vous passerez l'année. Si vous avez déjà des scoops, prévenez Gossip Girl par texto, elle se fera un plaisir de recueillir vos premières impressions, et pourra se faire une idée de la nouvelle cuvée de Yalies. N'hésitez pas à juger sur les apparences, comme dirait Oscar Wilde, "le vrai mystère du monde est le visible, et non l'invisible".

Personnages :

- Aidan Percy
- Veronika Jenkins
- Logan Langdon
- Cassie Foster Woods
- Mona Fletcher

_________________
And who am I ? That's one secret I'll never tell.
Xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.over-blog.com
Mona Fletcher
Bella Ragazza | Lovely Child
avatar

Féminin Nombre de messages : 443
Age : 23
I heart : Working hard hard hard.
Humeur : UP.
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Lorsque les Yalies découvrent la dure réalité des cours - Sc   Lun 4 Fév - 23:30

Premier cours à Yale. A l'université de Yale. C'est terriblement excitant, reconnaissez-le. Et c'est exactement ce que Mona pensait en se glissant dans son lit, la veille, en se réveillant le matin, en allant se brosser les dents, en enfilant son jean Chloé et ses sandales Gucci, en se brossant les cheveux et en quittant son appartement en ville pour se rendre à pied à l'université. La jeune fille avait attendu ça toute sa vie et elle voyait enfin son rêve se réaliser. Lorsqu'elle pénétra dans l'amphitéâtre où se tenait son premier cours, elle ne put s'empêcher d'étouffer une exclamation de joie - limite si elle ne voulait pas sauter sur place. Cependant, elle essaya de rester le plus calme et le plus digne possible, d'autant que les étudiants n'étaient pas nombreux, pour le moment. Evidemment, tous ceux présents étaient des Freshmen. Visiblement, la rumeur se confirmait d'année en année : les première année étaient toujours les premiers à se ruer en classe, et Mona en faisait bien évidemment partie, et, au fond, elle s'en contrefichait complètement. Il n'y avait rien de cool à toujours arriver en retard, d'autant qu'elle était une bosseuse comme aucune autre et qu'elle adorait ses études. Vous avez dit bizarre ? Bref, la jeune Italienne jeta un second coup d'oeil sur l'ensemble de la salle, ne fit pas l'effort de sourire à ceux qui la dévisageaient timidement, passa sa main dans sa chevelure brune et prit une place dans la cinquième rangée de chaises. Elle n'avait apporté avec elle que le strict minimum : un carnet de notes, un ou deux stylos et le manuel de droit. Elle avait tout fourré dans un grand sac à main en denim noir, qu'elle avait déposé sur la petite table devant elle, sachant pertinemment que les premiers cours ne nécessitaient pas plus. Mona croisa alors les jambes et se mit à tapoter la table en bois de ses ongles non pas fraîchement manucurés mais manucurés tout court, et attendit. Le prof n'était pas encore là, et elle commençait déjà à se faire chier. Ne voulant pas ruiner la bonne impression que lui avait donné l'amphi en rentrant, elle laissa ses pensées vagabonder à leur aise. Elle se mit alors à réfléchir à son été, qui n'avait rien de bien palpitant mais qu'elle avait trouvé sympa malgré tout. En effet, elle avait passé la majeure partie de son temps du côté de la plage avec ses amis, délaissant pour une fois ses études et ses bouquins poussiéreux et débiles. Bon, ok, elle avait quand même jeté un coup d'oeil sur le programme de l'année pour prendre un peu d'avance, mais, pour une fois, elle s'était réellement amusée. Evidemment, ça n'avait rien à voir avec les voyages à St. Bart ou à St. Tropez que tout le monde semblait réclamer à tout prix : c'était encore mieux. Enfin, à présent que l'été avait passé son chemin, Mona se retrouvait une nouvelle fois face à ses angoisses existentielles, qui portaient toutes, sans exception, sur Yale. Allait-elle réussir à suivre le rythme imposé par les cours ? Allait-elle pouvoir se faire remarquer de part son incroyable intelligence -hum- ? Allait-elle finir major de promotion ? Essayant de se rassurer, elle se dit qu'au pire, si la réponse à ces questions était non, elle arriverait quand même à obtenir son diplôme et, avec un peu de chance, se dégoter un boulot relativement bien payé et avoir une vie bien carrée, avec le mari parfait, deux ou trois gosses, un chien et un garage. Et si vraiment il s'avérait qu'elle n'était qu'une potiche de première, la fortune de son père resterait une solution de repli plus sûre que le reste. Arg, pourquoi réfléchissait-elle à ça, d'ailleurs ? C'était con, elle savait parfaitement qu'elle pouvait le faire. D'ailleurs, il n'y avait qu'à regarder la gueule des gens qui étaient autour d'elle. On aurait dit qu'ils ne savaient même pas ce qui les avait poussés à mettre les pieds à Yale. Mona profita alors de cette pensée oh comme réconfortante pour engager la conversation, chose impensable en règle générale, avec la personne assise à deux places d'elle. Elle lâcha alors de son habituelle voix cassée :

- Tu vas vraiment avoir besoin de tous ces bouquins ?

En effet, la personne à laquelle elle s'adressait semblait avoir cambriolé la bibliothèque municipale du coin tellement sa sacoche était pleine à craquer. Mona elle-même n'aurait pas fait pareil, même dans les situations les plus critiques où elle avait l'habitude de faire dans l'hystérie totale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://burstingHEART.over-blog.com
Isabel Coates
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Féminin Nombre de messages : 273
Age : 27
I heart : Money is a Girl's BFF.
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Lorsque les Yalies découvrent la dure réalité des cours - Sc   Mar 5 Fév - 0:57

"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH"

Voila Veronica Jenkins, notre blonde nationale, en train de manger le pavé des avenues de Yale. La belle blonde avait perdu l'équilibre, perchée sur ses Yoyo Rug de Louboutin avec près de vingt centimètre de talons. Vous allez me dire, Il n'est pas rare de voir la jeune femme trébucher, surtout lorsqu'elle porte sa tenue de mini pétasse, celle dont elle est tellement fière. La belle portait une robe bordeaux, extra exra courte, tellement mini qu'elle dévoilait -de temps en temps- le bas de ses fesses maigrelettes. Inutile danc de préciser que l'arrière train de la jeune femme fut carrément exhibé à tout les Yalies présents à ce moment là. Mais bon peu importe, tout le monde a déja vu des fesses, non? (a)
D'un pas rapide et agile, la jeune femme traversa un à un les couloirs interminable de l'université. Dieu, si elle n'avait pas son GPS avec elle, elle se serait perdue! Il est vrai que la belle blonde n'avait pas spécialement le sesn de l'orientation. Il fallait dire, qu'un jour, elle s'était perdue dans sa cambrousse natale et n'avait mangé pendant trois jours que des brindilles, feuilles et sauterelles. C'est seulement après trois jours que la belle remarqua qu'elle était en fait dans l'arrière cours de son jardin. Bref. Après avoir appellé son mari adoré, la jeune femme décida qu'il était temps d'aller en cours. A vrai dire, c'est ce que lui avait dit son mari qui lui donna l'envie d'aller travailler : "Oh mon coeur, si tu ne réussis pas tes études, je te fais un gosse" . Bien sur, la blonde peroxydée ne voulait pas de gosse avant d'être ménopausée (a), il était donc hors de question d'accéder à sa requête. C'est vrai, avec un môme sur les bras, comment elle allait faire pour coucher à droite à gauche?! Ah, décidemment son mari avait de ses idées, Veronica maman et pourquoi pas Paris Hilton bonne soeur ou Lindsay Lohan porte parole de la marque Evian?
Sans attendre, Blondie pénétra dans la salle de cours, très grande et ne vit que très peu de monde. Incroyable! Elle était en avance et dire qu'elle aurait pu passer son temps à lire des magazines où à se foutre dans la gueule d'un nerd, mais non, il fallait qu'elle aille en cours. 2légamment, la jeune femme prit place et commença à sortir une trousse de maquillage de son sac griffé Burberry. Sans gêne, elle se remaquilla. Entre deux coups de gloss, Vero' entendit une voix familière lui parler,c'était sa collocataire... C'était quoi son nom déja? Bref, elle répondit à sa question:


"Heyyyyyyy on se connait t'es... Mowgly non? Je suis Veronica, on est colloc'! Pour les livres en fait c'est pour faire genre j'suis trop intelligente, chose que je suis d'ailleurs, hiiiiiiiii "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mona Fletcher
Bella Ragazza | Lovely Child
avatar

Féminin Nombre de messages : 443
Age : 23
I heart : Working hard hard hard.
Humeur : UP.
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Lorsque les Yalies découvrent la dure réalité des cours - Sc   Mer 6 Fév - 1:42

HJ. Vous m'excuserez mais j'en peux plus d'attendre xD

Mona écarquilla les yeux lorsqu'elle entendit le nom de Mowgly sortir de la bouche de sa coloc'. Elle n'avait pas à se poser trente six mille questions pour remarquer que Veronica n'avait rien d'une lumière, et le fait de ne pas retenir correctement les noms des personnes était chose courrante chez les gens, mais.. pas à ce point. Enfin, il fallait dire aussi que le prénom de Mona n'était pas très répandu en Amérique et que la blondinette avait sûrement dû faire un effort gargantuesque pour connecter ses deux neurones et faire la liaison entre le prénom de Mona et le seul qu'elle était capable de retenir commençant par la lettre M, alors la jeune Italienne, pleine de bonne volonté, n'allait pas la blâmer pour si peu. Cependant, elle ne put s'empêcher d'avoir une pensée qu'elle ne formula pas, d'une part parce que c'était stupide, et d'une autre parce qu'elle n'était pas sûre de la probabilité qu'aurait Veronica à comprendre son insinuation si elle l'avait comparée à Baloo - parce que, dans son cas, la comparaison se tenait parfaitement. Mais elle garda cette réflexion pour elle et éclata tout de suite de rire quand la jeune blonde lui dit qu'elle n'avait apporté cette tonne de livres uniquement pour se donner un air intelligent qu'elle n'avait certainement pas. Elle aurait mieux fait de se contenter de porter une paire de lunettes Prada et d'attacher ses cheveux en queue de cheval, elle aurait tout de suite eu l'air plus crédible, mais de toutes façons, ce n'était pas comme s'ils étaient là pour concourir à qui a l'air d'être le meilleur étudiant, puisque les apparences, c'était bon pour les histoires de lycée - du moins, c'est ce dont Mona était persuadée. Evidemment, elle était consciente que les apparences auraient toujours un très grand poids sur tout et n'importe quoi dans le monde, mais en ce qui la concernait, elle se fichait éperdumment de savoir si telle ou telle personne s'habillait chez Barney's et si oui, quelle était la somme qu'elle déboursait à chacune de ses séances shopping. Elle passait au-dessus. Et largement, même. D'ailleurs, c'était à peine si elle se regardait dans la glace avant de sortir de chez elle. Elle enfilait pour la plupart du temps la première chose qui lui venait sous la main et, étant donné qu'en règle générale tout lui allait à merveille, elle ne s'encombrait pas l'esprit avec des questions existentielles genre "quel sac avec quelles chaussures ?" Et puis, un rien la satisfaisait, elle n'était pas difficile en matière de vêtements - même quand elle était invitée à la plus grande soirée du siècle, oui. Elle était même capable de se ramener en jean et pull-over si ça lui chantait. Ok, elle risquait de faire tâche mais ce n'était pas comme si ça la préoccupait plus de raison. Bref, pour en revenir à Veronica, qui semblait être l'antonymie parfaite de la jeune Italienne, Mona lui demanda d'une voix qu'elle voulait naïve et qui l'était assez bien :

- Tu sais quel cours on a, maintenant ?

On la croit tous, bien sûr. Comme si elle n'avait pas passé en revue son emploi du temps toute la nuit. Le truc, c'était simplement qu'elle ne voulait pas avoir l'air d'étaler sa science et elle partit de la question la plus bête qui lui vint à l'esprit pour garantir une conversation sans prises de tête. Bizarrement, cette première journée à Yale - et celles qui l'avaient précédée - semblait la mettre d'assez bonne humeur. Ou du moins, elle avait l'impression d'avoir mûri, et elle ne se sentait pas vraiment obligée de lancer des piques plus aigres que douces au premier venu. Mais elle était convaincue que son caractère de chien n'allait pas tarder à reprendre le dessus, une fois que la magie serait retombée, genre soufflet raté. Mais autant en profiter, étant donné que ça ne lui était pas arrivé depuis l'école primaire, quand elle avait apprit qu'elle allait être dans la classe de sa meilleure amie et qu'elle s'était mise à distribuer des bonbons à tous ses camarades - en oubliant évidemment de prendre en compte l'institutrice, qui ne méritait pas ses grâces. Quelques jours après, elle s'était déjà lassée de son rôle d'élève modèle - on lui avait déjà donné un petit diplôme stipulant qu'elle était l'élève de la semaine - et elle entreprit de faire regretter leur geste à tous ceux qui réclamaient encore du chocolat blanc. Vous avez dit rabat-joie ?

- Y a pas beaucoup de monde, en plus, j'ai l'impression que ça va être chiant à mourir.

Bon, là, au moins, c'était juste. Elle ne s'était jamais intéressée au droit et si elle s'était inscrite à Yale, c'était pour ses maths. Mais apparemment, ils disposaient d'une première semaine pour faire le tour des cours et choisir ceux qui leur plaisaient le plus, et elle avait l'intention de les faire tous avant de se décider. Après tout, peut-être allait-elle se découvrir de nouvelles passions ? Ok, il n'y avait personne de plus sceptique au monde quant à cette idée, mais sait-on jamais. Après tout, elle avait bien fini par succomber à pas mal de choses après avoir fermement décrété qu'elle ne changerait jamais d'avis à leur sujet - la société Apple, par exemple. Elle trouvait qu'ils en faisaient toujours trop, et finalement, elle est devenue l'une de leurs plus fidèles clientes. I-pod, MacBook, I-phone, tout y passait. Et puis il fallait avouer qu'ils se surpassaient de plus en plus, ce qui n'était pas pour déplaire à la jeune fille, qui n'attendait que le moindre prétexte pour excuser sa fanatisation auprès des produits de la pomme. Non pas qu'elle avait trop d'orgueil pour avouer qu'elle avait tort ou quoique ce soit. Au contraire, elle prenait même un malin plaisir à se tourner en dérision quand la situation tournait au vinaigre. Mais elle ne comprenait pas elle-même comment elle pouvait changer aussi brusquement de jugement. Elle ne s'était jamais trouvée influençable en quoique ce soit, pourtant, il lui suffisait de peu pour faire pencher la balance d'un côté à l'autre. Les autres n'avaient rien à y voir, bien sûr, mais elle était toujours d'humeur si changeante qu'elle se prenait à se poser des questions qui lui faisaient exploser la tête. Franchement, dans le genre torture-toi si tu n'as rien d'autre à faire, Mona pouvait faire très fort. Si au moins elle pouvait se détendre en claquant du fric dans les boutiques de vêtements. Seulement, ça n'avait jamais été le cas, et la seule chose qui lui permettait de canaliser son stress, c'était bien évidemment de travailler. Ou tout du moins de se montrer efficace en quelque chose. Ainsi elle se retrouvait souvent à faire le tri des dizaines de fois de suite dans sa garde-robe, ou alors dans ses livres, ou alors elle se mettait à faire l'inventaire de tout ce dont elle avait besoin, de tout ce qu'elle avait à faire, de tout ce qu'elle devait acheter, et elle commençait à cocher les tâches à faire à mesure qu'elle les accomplissait. Ca lui proccurait une sorte d'auto-satisfaction qui suffisait pour la calmer un tant soit peu. C'était dans sa nature, et on ne chasse pas sa vraie nature. Finalement, la jeune fille se mit à taper du pied, histoire de s'occuper et d'éviter à se focaliser sur des réflexions qui lui donnaient le tournis. Ok, c'était stressant, d'entendre résonner le martèlement de ses chaussures sur le sol, mais autant déranger les autres que se déranger elle-même. Elle songea alors que c'était parfaitement égoïste, mais parfaitement légitime aussi, alors il n'y avait pas de quoi en faire une montagne. Qui voudrait laisser la pauvre petite se faire autant de soucis au lieu de simplement la supporter, le plus patiemment du monde, de préférence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://burstingHEART.over-blog.com
Logan Langdon
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 24
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: Lorsque les Yalies découvrent la dure réalité des cours - Sc   Lun 11 Fév - 12:41

[Désolé pour le retard mesdemoiselles Wink]

Logan retourna à l’hôtel après avoir quitter Mona à la boutique. Ce fut une rencontre charmante qu’il n’était pas prêt d’oublier. Même si le souvenir principal qu’il associait au visage de la jeune brune se résumait à son idée plutôt navrante de vouloir lui faire porter cet affreux short à fleur. Il l’avait pourtant gardé, comme une sorte de souvenir ou de trophée. Il posa alors les clés de sa chambre sur le petit meuble dans l’entré. Celle-ci était spacieuse avec salle de bain, grande chambre et petit salon qui faisait sûrement office de bureau ou de salle de réception. Un mini bar était aussi disposé dans u coin, loin du grand lit mœlleux qui se trouvait au centre. Logan s’affala sur les couvertures et les coussins duveteux. Il était un peu rester sur sa fin lorsque la jeune femme l’avait quitté si brutalement. Le coup de la copine qui avait besoin d’aide à tous prix était un peu facile à son goût, et il ne manquerait pas de se venger une prochaine fois. Logan n’avait pas particulièrement d’opinion fixe pour Mona. Ils semblaient certains pourtant que leurs deux caractères étaient loin d’être parfaitement symétriques. Oh comment avait il put être aussi stupide ? Se laisser entraîner par une mystérieuse brune avait été le nuage noir qui assombrissait son ciel si bleu depuis ces dernières semaines où il se hâtait de rejoindre Yale pour la nouvelle année qui commençait. Il détestait se faire mené ainsi. Bon sang ! Il refoula cette pensée qui obscurcissait grandement son esprit et se prépara pour le soupé.
Il fut bientôt l’heure et plus tard la soirée se passa sans encombre, lui faisant oublier –presque- cette jeune future Yalie qu’il avait rencontré durant la journée.

Le matin arriva vite. Logan se glissa dans la douche comme un lézard se faufilant sous les rochers. Il se prépara rapidement et eut pourtant à peine le temps d’avaler un croissant. Il fila dans la voiture censée l’emmener à l’aéroport et une fois là bas, son vol décolla, avec lui et ses bagages. Direction le Connecticut.

Pendant toute la durée de voyage un état d’excitation et de craintes l’animait. Mais c’était ainsi à chaque départ, il ne s’en inquiétait pas trop. Lorsqu’il arriva il faisait nuit noir et ces en toute discrétion qu’il emménagea dans sa résidence, n’alertant pas le voisinage de son arrivée.

Assis maintenant sur son canapé, les bras croisés sur ses jambes, Logan songeait. A présent, la chose qu’il redoutait le plus était de croiser son ancien ami Luca. Alors qu’il l’avait proprement viré de leur logis, Logan avait du mal à assimiler que leur si belle amitié s’était brisée pour si peu. Pourtant une part de lui pensait réellement que Luca était un bon à rien, prétentieux et égoïste. Quel culot tout de même il avait eut ! Autant de bordel pour une seule et même personne. Logan avait eut du mal à accepter sa, lui qui avait toujours vécu pouponné dans une maison saine et avenante. Bordel de chez bordel, quand allaient ils se reparler ?

Déjà minuit. A défaut d’être un couche tôt Logan songea préférable pourtant d’aller se coucher. Il fallait être en forme pour demain. La première journée de cour allait commencer et pas question d’y aller avec une mine de zombie miteux. Il s’assoupit dans un sommeil sans rêve…

Le lendemain matin, Logan fut très méticuleux sur le choix de sa tenue. Sa silhouette fine et musclée, typique d’un nageur qualifié, était prompte à accepter n’importe quelles tenues sophistiquées, qui le mettaient particulièrement en valeur. Sachant tout cela il opta pour quelque chose de simple et d’élégant à la fois. Il enfila alors un pantalon slim, une chemise blanche extrêmement bien coupée et des Repetto noirs. Il assorti le tout d’un sweat gris doublé de fourrure blanche et douce à l’intérieur de la capuche. En effet, Logan aimait bien le style British So Clase et le portait à merveille. Après avoir passé une main négligée sur ses cheveux il sortit de chez lui en claquant la porte.
Il arriva rapidement devant l’université de Yale. Il avait fait exprès de ne pas venir en avance, afin de ne pas croisé Luca, ce-sale-connard-qu’il-aimait-temps. Dans les couloirs clairs du bâtiment principal, Logan croisa quelques connaissances qu’il gratifia d’un sourire ou de quelques paroles avant d’arriver devant l’amphithéâtre numéro 12 où se déroulerait son premier court. Ce qu’il trouvait bien, et même si il savait, personnellement, quel serait les courts pour lesquels il opterait, c’est que l’université de Yale prenait grand soin à ce que ces élèves est une vu d’ensemble sur chaque matières enseignées là. Pendant une semaine se déroulait une sorte d’étape avant le choix définitif des matières requises.
Logan entra d’une démarque assurée, sa sacoche à l’épaule. Simplement muni d’un calepin et d’un stylo, il ne s’était guère embarrassé de plus de chose pour étudier. Il repéra quelques jeunes femmes dans le fond qui gloussaient, il les connaissait sans aucuns doutes car, malgré lui, il côtoyait bon nombre de personnes plus différente les unes que les autres. Deux vieux gas au premier rang s’extasiait devant un magasin pour adulte. Le prof n’était apparemment pas encore arrivé. Quelques nouvelles têtes étaient éparpillées un peu partout dans la salle, mais celle là paraissait pourtant assez vide… Bingo, assit au troisième rang au bout de la ranger un visage lui revint familièrement. Cette jolie fée maléfique de Mona se trouvait occupée avec une jolie blonde. Sans hésiter, avec un surplus d’assurance depuis qu’il avait rejoint son université favorite il se dirigea vers elle. Sans plus attendre il intervint :


- Bonjour Mona. Je te croyais bien plus soucieuse de tes cours. [...] Nous sommes en Droit public je crois bien.


Il avait eut oui de la question de Mona en arrivant à ces côtés. C’était une jolie réplique que de prendre en faute la brunette sur un sujet qui lui tenait à cœur. Il esquissa un sourire et regarda plus attentivement la jeune femme à sa gauche. Blonde et l’air un peu écervelé, la jeune femme était plutôt jolie. Ces yeux surtout et son sourire étaient à ravir. Il savait, bien malgré lui, qu’il ne pouvait s’empêcher de taquiner les blondes alors qu’il se trouvait plus ouvert avec les rousses et plus timides avec les brunes. Il voulut tout de même faire bon effet. La première vision est souvent la plus juste comme on dit…

- Tu ne me présentes pas ta charmante copine..


Il s’était installé sur une chaise usée. Il allongea les jambes et croisa ces mains sur la table, jetant des coups d’œil circulaire autour de lui.


- L'amphi' est un peu vide je trouve. Vous avez l'heure ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque les Yalies découvrent la dure réalité des cours - Sc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque les Yalies découvrent la dure réalité des cours - Sc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Procédure d’annulation et de dissolution
» Le Présidentialisme totalitaire en Haïti à la vie dure.
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]
» 1ère liste dure (d'un joueur mou) pour démarrer les tournois
» [Royaume de Gayô]La dictature ne dure jamais !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gossip Girl RPG - Lux & Veritas, welcome to Yale :: Yale : Lux & Veritas :: Schools :: Law School-
Sauter vers: