Gossip Girl RPG - Lux & Veritas, welcome to Yale

Bienvenue à New York, dans l'Upper East Side, où mes amis et moi vivons Tout le monde connaît la célèbre rengaine de Gossip Girl, bien sûr. Et pourtant cette année, les choses pourraient devenir très différente, bienvenue Yale, et autres Elites - eurk
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Olivia Waldorf | Lovely Brunette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 27
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Olivia Waldorf | Lovely Brunette   Mer 26 Déc - 22:40

I. Formalités


  • Nom : Waldorf. Et pas Waldorf Rose, merci.
  • Prénom : Olivia Cornelia
  • Date et Lieu de Naissance : 09/09/89
  • Age : 18 ans
  • Lieu d'habitation : New York City, New York
  • Profession des parents : Mon père, est, comment dirais-je... Il vit dans un château en France, et possède des vignes. Quant à ma mère, elle vit de ses rentes : elle possède plusieurs appartements à New York.

II. Questionnaire de Proust


  • Ma vertu préférée : La détermination. Quand je veux quelque chose, je m'investis à 100 % et je donne le meilleur de moi-même pour parvenir à mes fins. A vrai dire, je n'abandonne que très rarement.
  • Le principal trait de mon caractère : L’excès. Quand j'aime, c'est à la folie, quand je déteste, c'est jusqu'à la rage. Je suis aussi romantique que colérique, et je dois avouer que je ne fais jamais dans la demi-mesure.
  • La qualité que je préfère chez les hommes : L’écoute. Rien de plus agaçant qu'un garçon dont les pensées divaguent en permanence et qui n'est pas capable de se concentrer deux secondes sur ce qu'on lui dit. Quand je parle, j'aime être écoutée, d'autant plus que le dialogue est essentiel dans un couple. Je crois.
  • La qualité que je préfère chez les femmes : La fidélité. Les filles qui butinent comme des abeilles, passant d'une fleur à l'autre, me fatiguent. En amitié, j'entends, mes amies font ce qu'elles veulent de leurs amours.
  • Mon principal défaut : Colérique. Comme je le disais précédemment, j'ai tendance à tout faire dans l'excès. En bonne petite fille pourrie gâtée que je suis, j'ai tendance à être un peu capricieuse. Lorsque quelque chose me déplait, je n'hésite pas à le clamer, dans l'intérêt de tous, tout naturellement...
  • Ma principale qualité : Déterminée. Une fois de plus, je suis réellement quelqu'un de décidé. Lorsque je veux quelque chose, je fais tout ce qui est en mon possible pour l'obtenir.
  • Ce que j'apprécie le plus chez mes amis : Leur frivolité, parfois, mais surtout le fait qu’ils soient présents pour moi quoiqu’il arrive. Enfin, j’ose espérer.
  • Mon occupation préférée : Regarder inlassablement tous les vieux films avec Audrey Hepburn, mon préféré étant Diamant sur Canapé. Audrey incarne à merveille la classe, l’élégance new-yorkaise, elle représente la femme telle que je me l’imagine. La perfection.
  • Mon rêve de bonheur : Fonder un foyer avec mon petit-ami, dont je suis follement amoureuse depuis mon plus jeune âge. Nous sommes fais l’un pour l’autre, et je pense que finir ma vie avec lui dans un immense appartement à New York, ou dans une villa de South Hampton n’est plus un rêve. J’y crois dûr comme fer. Après tout, Yale était mon rêve, je l’ai eu – parce que je me suis donné les moyens d’y arriver, bien sûr – alors pourquoi cela ne marcherait-il pas avec mon petit-ami ?
  • Quel serait mon plus grand malheur ? Que ma meilleure amie et mon petit-ami me trahissent. Je me comprends, mais je crois que je vivrais cela comme un véritable coup de poignard dans le dos. J’ai déjà plus ou moins ressenti ça, et je crois que c’est encore pire que si ma famille me trahissait. J’y suis tellement habituée, je veux dire, ma mère compte déménager à L.A. Je vis ça comme une trahison, autant être franche, et je ne sais pas si je pourrais lui pardonner, d’autant plus qu’elle s’est marié avec un homme totalement abjecte et qu’elle a prénommé sa fille YALE. Je crois que je divague.
  • A part moi -même qui voudrais-je être ? Audrey Hepburn, bien sûr.
  • Où aimerais-je vivre ? A New York. Je viens de me rendre compte, cet été, que c’était vraiment ma ville et que je ne pourrais être vraiment heureuse nulle part ailleurs.
  • La couleur que je préfère : Le blanc, ou le noir. Ce ne sont pas des couleurs à proprement parler, mais au moins, elles ne sont jamais vulgaires. Audrey Hepburn était d’ailleurs magnifique vêtue en noir et blanc.
  • La fleur que j'aime : La rose. C’est une fleur légère par sa physionomie, mais forte par sa couleur. Je pense à la rose rouge, vermeil pour être précise. Sinon, quel intérêt ?
  • L'oiseau que je préfère : Le rouge-gorge. J’adore les observer à Central Park, la couleur de leur gorge est tellement… Pénétrante. Je les trouve intensément poétiques et romantiques.
  • Mes auteurs favoris en prose : Oscar Wilde, sûrement. Je ne suis pas une grande lectrice mais certains auteurs ou ouvrages m’ont réellement marqués. C’est le cas Du Portrait de Dorian Gray, fable tellement actuelle sur la beauté et le temps. Le Londres de l’époque m’a beaucoup fais pensé au New York actuel, en moins sombre je suppose.
  • Mes poètes préférés : La poésie, ce n’est pas forcément mon truc. J’ai lu un poème de Charles Baudelaire une fois, en français – j’étudie le français en niveau supérieur au lycée, et préside le club de langue – et je dois avouer que j’ai trouvé ça très fort.
  • Mes héros dans la fiction : Je n’ai pas vraiment de héros.
  • Mes héroïnes favorites dans la fiction : Holly Golightly, héroïne classe et volatile, féminine et enfantine de Diamants sur Canapé, merveilleusement interprétée par Audrey Hepburn.
  • Mes compositeurs (chanteurs/euses, groupes...) préférés : J’adore le groupe New Yorkais Au Revoir Simone, c’est très … onirique et poétique. Sinon, j’apprécie aussi Feist pour la légèreté de la musique et la puissance des paroles. Je suis plus folk que rock, en fait.
  • Mes peintres préférés : Gustav Klimt, pour ses splendides images de femme, un peu énigmatiques. J’étais d’ailleurs présente au vernissage d’une exposition que lui avait consacré le Met’, j’y ai fais un petit discours en tant que présidente du club d’histoire des arts de Constance Billard.
  • Mes héros dans la vie réelle : Mon père. Bien qu’il soit très loin de moi je sais qu’il pense fort à sa famille et qu’il souhaite réellement mon bonheur. C’est le seul à réellement se soucier de mon devenir.
  • Mes héroïnes préférées dans la vie réelle : Audrey Hepburn pour son travail à l’Unicef à la fin de sa carrière.
  • Mes héros dans l'histoire : Jackie O. Kennedy, ça compte ? Quelle élégance.
  • Ma nourriture et boisson préférée : J’adore les petits plats typiquement français de La Girafe, où j’ai coutume de déjeuner avec mon père lorsqu’il est sur New York. Mais j’aime aussi les choses simples et saines, la cuisine exotique que la cuisinière me concocte. Et bien évidemment, je ne crache jamais sur des sushis, voire même un burrito dans cette chaîne de restaurant sur la 8th. Une fois de temps en temps, ça n’a jamais tué personne. Je me contente de petits plaisirs simples, parfois. En ce qui concerne la boisson, indéniablement le Dom Pérignon, sans trop d’excès bien sûr.
  • Ce que je déteste par-dessus tout : La vulgarité.
  • Le personnage historique que je n'aime pas : Disons Hitler, pour faire original.
  • Les faits historiques que je méprise le plus : La ségrégation raciale aux Etats-Unis, la shoah, l’apartheid en Afrique du Sud.
  • Le don de la nature que je voudrais avoir : J’aimerais vraiment savoir jouer la comédie, comme Audrey Hepburn. Je suppose que ce n’est pas réellement un don, que cela s’apprend. Je ne crois pas qu’on naisse doté de qualités spéciales, tout peut s’acquérir. Si on souhaite réellement quelque chose et qu’on se donne les moyens de l’avoir, tout est possible.
  • Comment j'aimerais mourir : Dignement, après avoir accompli les objectifs que je m’étais fixé.
  • L'état présent de mon esprit : Je suis relativement sereine et à la fois très excitée d’entrer à Yale.
  • La faute qui m'inspire le plus d'indulgence : Aucune faute ne m’inspire réellement d’indulgence, j’ai tendance à être assez sévère. Disons, la maladresse.
  • Ma devise : Quand on veut, on peut.



III. Entretien


  • Quel est votre cursus envisagé et pourquoi l'avoir choisi ? Je souhaite suivre des études de droits. A vrai dire, je ne me suis jamais vraiment posée la question de savoir pourquoi. Ca a toujours été une évidence, il fallait que j'aille étudier le droit à Yale. Le droit me convient parfaitement, j'ai naturellement été interessée par ce cursus dans le sens où je milite quotidiennement pour la justice. Les injustices me hérissent le poil, et j'ai le sentiment de savoir argumenter. Je suis très rigoureuse, appliquée et determinée, et ça me semble être les qualités essentielles pour étudier le droit. Mon esprit travailleur et organisé convient parfaitement au cursus, je sais que je suis capable de réussir, j'en ai envie, voilà pourquoi j'y arriverai. Je ne doute pas de ma réussite, et je ferais tout ce qui est en mon possible, quitte à mettre entre parenthèse ma vie personnelle, pour réussir. En outre, il a toujours été évident que j'irais étudier à Yale. Mon père, Harolfd Waldorf, y a fais ses études, et m'a transmis sa "passion" pour la prestigieuse université qu'est Yale. J'aime viser haut, et Yale est tout bonnement formateur de gens brillants et intéressants.
  • Pourquoi devrions-nous vous choisir vous, plutôt qu'un autre ? Je suis, si je peux me permettre, faite pour être Yalie. Déterminée, sûre d'elle, mais aussi sociable et ouverte. Au delà du fait que je suis vraiment travailleuse, j'ai aussi le sens du partage, et j'aime communiquer. Je suis une élève entreprenante et investie, et pour cause : Je m'occupe du club de français ainsi que de celui d'art, à Constance Billard. J'ai également réalisé un court métrage pour un concours au lycée, que je n'ai malheureusement pas remporté. Même si je dois avouer que j'ai horreur de perdre, j'ai dû reconnaître ma défaite, et mes erreurs. Il est évident que j'aurais pu mieux faire, et cela m'a permis d'apprendre qu'il est essentiel de s'investir à 100% pour réussir, surtout quand la concurrence est rude.
  • Quels sont vos hobbies, en dehors des études ? Je suis passionnée par des tas de choses diverses et variées. J'aime tout particulièrement le cinéma américain des années 50-60. Mon actrice préférée est Adurey Hepburn et mon film favori "Diamants sur Canapé". Je trouve Audrey tellement sublime, et élégante, c'était une femme pleine de subtilité et d'intelligence, je l'admire. A vrai dire, je la considère comme mon modèle, et s'il y'a une femme à qui j'aimerais ressembler, c'est bien elle. Elle était très chic, et hollywoodienne, mais à la fois terriblement humaniste et simple. Voilà le genre de femme qu'on devrait admirer, et non pas ces bimbos sans cervelles comme Paris Hilton.
    D'autre part, je suis une vraie fondue de mode. Je me tiens au courant des tendances, et suis souvent aux premières loges en ce qui concerne les événements et défilés New Yorkais. Je suis consciente que c'est un privilège, cependant. Je lis la presse spécialisé, et m'intéresse vraiment de près aux tendances actuelles comme aux tendances passées.
    J'aime également l'art en général, et plus précisemment la peinture. Je me rends fréquemment au Met' ou au MoMA, dont je connais certaines parties par coeur. Mes mouvances artistiques préférées sont totalement opposées, puisque j'aime à la fois la renaissance européenne, et le pop art américain. Je me rends souvent aux vernissages des expositions du Guggenheim, du Met', du MoMA ou des galeries de Chelsea ou SoHo, ainsi je suis très au courant de l'actualité culturelle New Yorkaise.


IV. En plus

  • Caractère :
Déterminée. Voilà sûrement l'un des plus importants très de caractère de la charmante Olivia Waldorf. Persuadée depuis son plus jeune âge qu'elle obtiendra ce qu'elle désirera, elle fait tout son possible pour atteindre ses objectifs, à savoir, Yale et Nate. Amoureuse folle et passionnée du craquant Nate Archibald avec qui elle sort depuis le collège, et qu'elle connait depuis sa plus tendre enfance, Olivia est une petite amie dévouée mais exigeante. Colérique et capricieuse, elle n'hésite pas à manifester son mécontentement lorsque quelque chose ne lui convient pas. Tout doit correspondre à savision des choses : Vision du monde, du couple, de l'amitié. Et dès que quelque chose s'en éloigne trop, Olivia - drama queen en puissance - fait une des ses phénoménales scènes chères à Nate Archibald. Très carrée, elle a tout bonnement horreur que les choses ne se passent pas comme elle l'avait prévu. Aussi prit-elle son mémorable entretien d'admission à Yale râté comme un échec dont elle a encore du mal à se pardonner. Car si Olivia est exigente avec ceux qu'elle aime, elle l'est aussi avec elle-même, et a une totale aversion des erreurs. En outre, Olivia est une véritable romantique dans l'âme, élevée aux comédies hollywoodiennes des années 50 et 60. Réellement admirative de la splendide Audrey Hepburn, de qui elle a fait son modèle et à qui elle voue un culte sans nom, Olivia ne rêve qu'à une chose : lui ressembler. Son éphémère rôle de muse pour Bailey Winter lui a donc donné le sentiment d'être une graine d'Audrey, une femme épanouie et inspirante. Cependant, si Olivia a en réalité un coeur d'artichaut, elle se garde bien de le montrer. Très rancunière, lorsque quelqu'un lui fait un coup bas, elle se venge, et n'y va pas de main morte. Sans forcément avoir l'apparence d'une vengeresse, Oliv' sait aussi jouer la fourbe, et le fait à merveille. Malgré tout, elle assume son rôle de garce à 200%, et ne se prive pas de faire des remarques désobligeantes. Parfois manipulatrice également, Olivia considère ceux qu'elle juge "inférieurs" comme de simples pions, dont elle se sert à sa guise. Finalement, Olivia est loin, très loin d'être une sainte, et ne prétend pas en être une. Voilà au moins une de ses principales qualités : l'honnêteté.


V. Hors-Jeu

  • Code :
  • Prénom : Léa
  • Age : 17
  • Comment avez-vous connu le forum ? "Lol mdr ptdr"
  • Remarques diverses : ON GERE LA FOUGERE LES MEUFS !


Dernière édition par le Mer 30 Jan - 22:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 27
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Olivia Waldorf | Lovely Brunette   Mar 29 Jan - 21:51

  • Histoire du personnage : Mise au monde en plein centre de la Grosse Pomme, dans une de ces cliniques privées huppées où les femmes enceintes dorment dans des draps de soie, Olivia est comme qui dirait... Né avec une cuiller d'argent dans la bouche. Ses parents, Harold et Eleanor Waldorf, illustres socialite New-Yorkais, furent bien évidemment ravis de voir naître leur premier enfant, une adorable petite brune aux yeux azur qu'ils baptisèrent Olivia. Choyée et aimée, elle grandit dans une atmosphère plus que favorable, fréquentant dès son plus jeune âge une des plus prestigieuses écoles privées de la ville, Constance Billard. Maternelle, primaire, lycée... Elle passa donc sa scolarité dans le même établissement, entourée des mêmes personnes. Parmi ses amis, Serena Van der Woodsen et Nate Archibald, eux aussi fils et fille "de". Les trois inséparables firent les quatre-cent coups, toujours scotchés ensembles, délicieusement naïfs et désinvoltes. C'est probablement grâce à ses amis qu'Olivia réussit d'ailleurs à supporter l'ambiance familiale... Plus que lourde. En effet, à peines quelques années après la naissance de Tyler, le couple Waldorf commença à battre de l'aile. Crise conjugale comme en connaissent beaucoup de couples, cela ne semblait à priori pas dramatique... Excepté que les raisons de cette crise étaient, elles, plutôt originales. Olivia, au courant de rien grâce à la discretion de ses parents lors de leurs mythiques enguelades, tomba de haut lorsqu'elle fut mise au courant de leur décision de divorcer. Et d'encore plus haut lorsqu'Harold lui révéla qu'il quittait Eleanor pour ... un homme. Un français, qui plus est, un dénommé Gilles qu'Olivia adora immédiatement détester. Son caractère bien trempé l'encouragea donc à protester, se sentant véritablement trahie par son père dont elle s'était toujours sentie proche. Et voilà que du jour au lendemain, Monsieur l'abandonnait lâchement, pour partir vivre dans un château en France, avec celui qu'il appelait présomptueusement son amant. Olivia ne s'étant jamais réellement bien entendu avec la poule de luxe qui lui servait de mère, elle la haït encore plus lorsque celle-ci lui présenta Cyrus Rose. Ah, abjecte personnage que ce Cyrus : Bedonnant, cheveux gras et costumes aux goûts douteux... Non, décidément, il n'arrivait pas à la cheville d'Harold Waldorf, et personne ne pourrait jamais l'égaler. Si seulement il n'y avait que Cyrus... Le vieux Rose amena avec lui toute la clique, à savoir son baba cool de fils, Aaron, et le chien de ce dernier, un gros boxer tout baveux répondant au nom de Mookie. Eurk. Pour couronner le tout, Monsieur Dreadlocks établi domicile dans la chambre voisine à celle d'Olivia, tapis en chanvre et odeur de cigarettes aux plantes à la clé. Lucky Olivia. Tout s'enchaîna très vite, à vrai dire, et Olivia n'eut même pas le temps de s'"adapter" à l'horrible Cyrus qu'Eleanor lui annonçait sa grossesse. Enceinte d'une petite Yale - ce qu'Olivia prit réellement pour un affront - Eleanor en profita pour devenir une ridicule midinette de quarante balai aux mèches Frederik Fekka péroxydées. De son côté, ce fut une période difficile pour Olivia, et ce n'est qu'un euphémisme. En effet, entre ses déboires d'adolescente amoureuse de celui qu'elle considère comme son "âme soeur" et jalouse de sa meilleure amie et de son succès, Olivia fut franchement préoccupée. Non contente de se faire constamment voler la vedette Serena, elle fut également placée sur liste d'attente à Yale - quel affront ! - après un entretien ridiculeusement râté. Enfin, l'été de ses dix-huit ans fut probablement l'un des plus mouvementés de sa courte vie. L'entrée à Yale est donc une épreuve considérable pour la jeune femme, bien qu'elle en rêve depuis son plus jeune âge, et marque un tournant dans sa vie, d'autant plus que toute sa famille déménage à Los Angeles. Olivia devra donc s'habituer à la vie d'étudiante, malgré la perte de tous ses repères, et adopter un rythme de travail soutenu tout en tentant tant bien que mal de sauver la face avec Nate et Serena. Cette année ne s'avèrera donc pas de tout repos...

_________________


Little Miss Perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
 
Olivia Waldorf | Lovely Brunette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Olivia Kerner (Poufsouffle)
» Olivia / Juliette
» Signature de contrat - Andrew Brunette
» Lovely une nouvelle jument
» [Présentation] Logane Nora Waldorf ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gossip Girl RPG - Lux & Veritas, welcome to Yale :: Introducing the Yalies :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: