Gossip Girl RPG - Lux & Veritas, welcome to Yale

Bienvenue à New York, dans l'Upper East Side, où mes amis et moi vivons Tout le monde connaît la célèbre rengaine de Gossip Girl, bien sûr. Et pourtant cette année, les choses pourraient devenir très différente, bienvenue Yale, et autres Elites - eurk
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Walkin' down the street in Rome.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mona Fletcher
Bella Ragazza | Lovely Child
avatar

Féminin Nombre de messages : 443
Age : 23
I heart : Working hard hard hard.
Humeur : UP.
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Walkin' down the street in Rome.   Ven 1 Fév - 18:31

    15:30. Mona posa son stylo sur le bureau et bâilla à s'en décrocher la mâchoire. Trois heures qu'elle travaillait sans relâche et elle avait à peine eu le temps de manger quoique ce soit. Son déjeuner avait consisté à une moitié de sandwich à la dinde qu'elle n'avait pas eu le courae de terminer étant donné qu'elle n'aimait pas spécialement le goût de la dinde à l'intérieur du pain. En bref, elle avait horriblement faim et elle sentait qu'elle n'allait plus pouvoir tenir en place si elle ne prenait pas l'air à l'instant. La jeune fille se leva alors et décida de se ballader dans les rues de Rome, et, accessoirement, prendre une table à son snack préféré pour commander un bon steak frites à l'Américaine, histoire de s'abituer à la bouffe qu'on allait lui servir une fois qu'elle aurait mis les pieds à New Haven, USA. Bien que la perspective de changer entièrement de repères l'effrayait quelque peu, elle ne pouvait s'empêcher d'être surexcitée au possible de prendre l'avion pour Yale. Putain, YALE. Elle avait été acceptée à la plus prestigieuse université au monde, d'après elle. A bas Harvard et sa réputation à la noix, en somme. C'est sur cette pensée joyeuse que la jeune Italienne enfila ses chaussures, une paire de Manolo que son père lui avait offerte pour l'occasion et qu'elle a-do-rait. En temps normal, elle culpabilisait un brin à cause des sommes exhorbitantes qu'on dépensait pour elle, mais cette fois, elle le méritait amplement, et elle en était consciente. Bref, elle enfila ensuite une de ses robes d'été, une adorable merveille des yeux de couleur violine, jeta un châle par-dessus ses épaules nues et sortit de la maison familiale, laissant derrière elle ses frères en train de jouer à la console Wii qu'ils venaient de s'offrir.

    En ce moment-là, les rues n'étaient pas réellement vides, mais elles n'étaient pas pleines non plus. Les gens commençaient doucement à sortir de leurs appartements sans se presser, et Mona aimait beaucoup l'ambiance qui se dégageait des lieux. Le soleil, en plus, n'était pas brûlant comme les jours précédents, où il était inconcevable de sortir autrement qu'en short et débardeur, et le snack vers lequel elle se dirigeait avait encore quelques tables de libre, dont une sur la terrasse. Elle y monta sur-le-camp, s'y installa et croisa les jambes, se délectant de la vue qui s'étalait devant elle. Un serveur vint alors prendre sa commande, un serveur mignon, qui plus est, et qu'elle connaissait plus ou moins. Elle le gratifia d'un petit sourire, puis elle l'oublia entièrement et se reconcentra sur ce qu'elle avait en tête. Mais qu'avait-elle en tête ? Il lui arrivait parfois de s'oublier à réfléchir sans pouvoir démêler le bout de ses pensées, et elle se retrouvait devant un casse-tête qu'en l'occurence, elle seule était capable de résoudre, mais qui semblait s'obscurcir de seconde en seconde. La jeune brunette abandonna finalement l'idée de retrouver le fil de sa pensée et sortit une brochure de Yale de son sac, qu'elle avait lue et relue une bonne dizaine de fois mais dont elle ne se lassait pas. Tout paraissait tellement beau, là-bas, qu'elle n'avait qu'une seule hâte : boucler ses valises le plus tôt possible pour s'envoler vers le continent voisin. D'ailleurs, elle fut tellement absorbée par l'idée même de poser les pieds à New Haven qu'elle ne remarqua l'ombre de la personne qui se trouvait derrière elle que quelques secondes après que celle-ci se soit posté là-bas. Mona se retourna vers le jeune homme qui l'avait quelque peu ombragée et haussa un sourcil interrogatif qui voulait tout dire. Cependant, de peur de ne pas s'être montrée assez claire, elle lança de sa voix cassée :


    - Vous avez besoin d'une chaise, d'une place, de quelque chose ?


Dernière édition par le Ven 1 Fév - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://burstingHEART.over-blog.com
Logan Langdon
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 24
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: Walkin' down the street in Rome.   Ven 1 Fév - 20:25

Le jeune homme descendit les escaliers pour rejoindre ces parents dans le salon. La soeur de son père y était également présente. Tous, assis autour d’une table, priaient le seigneur pour ce délicieux repas. Logan se lassa tombé sur une des chaises et toussota légèrement. Madame Langdon releva la tête et lui sourit. Malgré son âge avancé, son sourire en coin était toujours aussi charmant. Il s’appliqua à attendre la fin de leur prière commune en grignotant un morceau de pain. Le jeune homme n’avait jamais adhéré au délire prière et choral auquel ses parents avaient de nombreuses fois voulus l’y soumettre. Petit, il avait pourtant fait l’effort pour ne pas trop les frustrer mais à présent qu’il était majeur il ne s’encombrait plus de ces choses futiles d’après lui. En effet, lorsqu’il avait atteint l’âge de ses 18 ans, Logan avait tiré un trait sur toute pratique religieuse. La nouvelle avait été assez dure à assimiler pour ces parents très pieux, mais ils s’étaient fais à l’idée étant de ces genre de personnes dîtes « dans le moove ». Logan termina son plat. Comme à chaque fois sa mère veillait, plus pour son père que pour lui, à servir un féculant et un légume le tout accompagné de viande ou de poisson. Un repas équilibré en soit. Elle réduisait également considérablement les proportions afin qu’aucuns d’eux ne puissent se resservir et épiait scrupuleusement les actions de son mari lorsqu’il se dirigeait vers la cuisine. Sa mère avait se désire de ne jamais prendre un gramme, et son aversion pour la graisse en résultait sur son entourage. Elle s’inquiétait d’ailleurs beaucoup au sujet de son fils, qui partirait bientôt dans le pays où les obèses occupaient le tiers de la population d’après elle. Pourtant, Logan avait essayer mainte fois de la raisonné en lui disant que peu importait le pays dans lequel il se trouvait, puisqu’il avait été habitué tout bébé à manger sainement…
Mais déjà, Logan ne prêtait plus attention à ces petits détails qui avaient longtemps appartenus à sa vie, sa vie bientôt passée. Il s’avérait que le jeune homme partirait effectivement dès demain à Rome, où il prendrait un avion en première classe, pour emménager dans la prestigieuse école de Yale. Il fallait donc qu’il soit en forme. Aussitôt pensé, aussitôt fait. Le jeune homme s’excusa et sorti de table. Il alla se réfugier dans sa chambre où il inspecta une dernière fois le contenu de ses grosses valises, ses 4 grosses valises. Rassuré, il se glissa dans son lit, après quelques rudiments du brossage de dents et du coton tige et s’endormit. Il ne rêva pas cette nuit là.

Au matin, le soleil baignait déjà sa chambre d’une couleur dorée chaleureuse. La température était légèrement descendue durant la nuit et Logan ne s’en plaint pas. En effet, les chaudes journées de ces dernières semaines avaient été parfois insupportables. Le jeune homme prit rapidement son petit déjeuné, s’habilla avec tout autant de hâte. Son attitude était sans doute du au faite qu’il avait un timing assez séré et auquel il voulait référé en tout point. C’est à 12 heures que le jeune homme quitta la maison familiale. S’en suivirent les éternels pleurs de sa mère et les encouragements ardus de son père. Avec une pointe de nostalgie en pensant à ce qu’il laissait derrière lui, il claqua la porte de la Berline noire. C’était le commencement d’un nouveau départ.

Le taxi mit peu de temps pour l’emmener jusqu’à Rome. Enfin, le chauffeur avait été bien obligé de se dépêcher, accablé par les pressions que lui mettaient Logan, impatient. Bien que le voyage fût plutôt court, les minutes paraissaient interminablement longues aux yeux de notre cher brun.

Il avait prit l’extrême précaution de se rendre à Rome deux jours plutôt avant son départ définitif. De là, il avait loué une chambre d’hôtel confortable prêt de l’aéroport pour ne pas risquer d’être en retard. Une fois « installé » le jeune home chemina dans les vieilles rues de Rome en contemplant ce qu’il avait pourtant de million de fois. Mais c’était ce désir improbable de déterrer ses racines pour la dernière fois, sûrement. Il inspira une grande bouffé d’air chaud. A main droite dans la poche de son pantalon lui donnait un air hautain et distingué bien que sur certaine personne ce geste aurait fait négligé, sur lui s’était parfait. Il tourna à un coin de rue pour se retrouver sur une grande place. L’éternel snack bar d’Angelo y était installé. Il connaissait bien le propriétaire qui était une de ces nombreuses connaissances du quartier. En effet, bien qu’habitant à Milan il montait souvent vers la capitale, presque tout les week-end même. Il se débarrassait alors de son stresse et trouvait refuge dans les nombreuses boites de nuit de la ville. Mais il n’était pas là pour les boites de nuits apparemment cette fois ci mais bien pour quitter l’Italie et rejoindre les States.

Il était à présent 13h30 heures passées et Logan décida de prendre son dernier repas dans son snack préféré. Dès qu’il fut entré, se fut le patron lui-même qui s’occupa de lui. Logan lui donna alors une tape dans le dos –s’était leur sorte de shake- et alla s’asseoir à sa table. Il n’eut pas besoin de commander son plat, celui-ci arriva aussitôt. Il le dégusta avec le même délice que lors de sa première fois et se crut retomber en enfance. Les heures filèrent et maintenant le cadran de la pendule indiquait 15 heures. Il était temps. Temps de rentrer. Il paya gracieusement son repas laissant un pourboire conséquent et sorti du Snack, le même sourire en coin des lèvres que sa mère faisait si souvent. Il remit en arrière une mèche de cheveux rebelle et regarda sur le côté tendis qu’il descendait les trois marches de l’escalier qui menait à la terrasse. Soudain il s’immobilisa, ces yeux rivés sur une brochure des plus exclusive. Il passa alors derrière la personne qui tenait le petit journal et, de nature curieuse, se pencha pour mieux lire, être certain. Y. A. L. E. Yale, Brochure explicatif pour nouveaux arrivant étaient écris en gros titre sur la couverture. Sa vision ne l’avait donc pas trahie. La jeune personne se retourna alors. C’était une jeune femme aux traits fins et aux yeux bleus. Ses cheveux, d’un brun foncé, étaient longuement bouclés dans son dos. Un physique typiquement d’Italienne modèle. Elle avait le regard perçant de ces personnes qui n’aimaient pas être déranger. D’ailleurs le ton de sa voix fut tout autant cassant que son expression. Logan joua la carte de l’ironie, ne répondant pas à la question de la jolie brune.


- Yale… Ce genre d’université sur laquelle on fantasme sans jamais en voir les portes d’entrées.

Il resta derrière elle, plutôt curieux de savoir la réponse de la jeune femme. Allait il la retrouver à la prestigieuse université de Yale ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mona Fletcher
Bella Ragazza | Lovely Child
avatar

Féminin Nombre de messages : 443
Age : 23
I heart : Working hard hard hard.
Humeur : UP.
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Walkin' down the street in Rome.   Ven 1 Fév - 22:24

Mona adressa un large sourire, bien que relativement froid, au jeune homme qui venait de lui répondre. Elle remarqua qu'il ne ressemblait pas beaucoup aux Italiens qu'elle avait l'habitude de voir glander dans les alentours mais qu'il était passablement mignon, et même plus. D'ailleurs, elle le trouvait carrément digne d'intérêt étant donné qu'il avait quand même eu la présence d'esprit de remarquer qu'elle était bel et bien en train de lire une brochure, et qu'il n'avait pas confondu ce qu'elle avait entre les mains avec un vulgaire magazine de mode, comme à peu près tous les autres mecs qu'elle avait rencontrés, y compris ses propres incapables de frères. Elle s'empressa donc de lui répondre, d'un ton aussi ferme bien que moins dur :

- Honnêtement, est-ce que je donne réellement l'impression d'être le genre de filles à rester le cul sur une chaise à fantasmer sur quelque chose sans rien faire pour l'obtenir ? D'autant que Yale n'a rien d'inaccessible en soi. Elle marqua une légère pause et ajouta dans un murmure suffisamment audible : Pour ceux qui s'en donnent les moyens, évidemment.

La jeune fille décroisa les jambes pour les recroiser une nouvelle fois et sirota le Coca qu'on lui avait apporté avant le reste, les yeux toujours fixés sur ceux du jeune homme. Il n'avait pas vraiment une tête de rat de bibliothèque, ni celle d'un jet-setteur en mal de vivre. C'était plutôt un mélange entre les deux, bien que la jeune Italienne ne savait pas réellement d'où elle tenait des conclusions pareilles car, au fond, elle ne connaissait rien de lui sinon sa belle gueule - mais c'était amplement suffisant, pour le moment. Il faut rappeler que Mona n'était pas réellement du genre à copiner avec le premier venu, et elle ne cherchait généralement pas à creuser en profondeur pour découvrir tous les aspects de la personnalité de telle ou telle personne. Au contraire, elle s'arrêtait le plus souvent du temps à ce que les gens dégageaient comme impression et n'allait pas plus loin. Franchement, pourquoi se compliquer l'existence quand on possède déjà tout ce dont on a besoin ? - en l'occurrence, des amis plus ou moins proches, un avenir tout tracé et un appartement sur New Haven. Et ce n'était certainement pas un inconnu rencontré sur la terrasse d'un snack qui allait changer le cours des choses, ce pour quoi Mona n'avait pas l'intention de faire plus d'efforts. Cependant, sa bonne humeur aidant, elle décida de ne pas jouer les garces insensibles et continua le semblant de conversation qu'ils avaient entamé :

- Enfin, le fait est que j'y vais, l'année prochaine. Ca peut paraître surprenant, dit comme ça, mais c'est un peu trop tard pour soudoyer un responsable de Yale afin de rejeter ma candidature.

En effet, elle avait entendu parler d'une histoire selon laquelle un étudiant, qui, comme beaucoup d'autres, n'avait intégré la même université que grâce à la donation de ses parents, s'était presque vu refusé l'entrée à cause d'un autre étudiant, qui, visiblement, méritait cette place plus que lui. Cependant, le premier gosse de riche avait déjà son nom sur les listes d'élèves de Yale et ils n'allaient pas le virer pour une question de valeurs. C'était dingue, quand même, qu'une université aussi prestigieuse soit tout de même le nid du plus grand trafic de corruption qui n'ait jamais existé, si tant est qu'on peut appeler ça un trafic. Mona, dans son jeune âge, avait toujours pensé que des lieux comme ça étaient exempts de tous défauts, que toutes les personnes qui pouvaient y accéder se devaient d'être aussi exemplaires et que étudier là-bas revenait à vivre dans une sorte de conte de fées un peu moins imagé et plus réaliste, mais tout aussi beau. Cependant, cette idée-là s'estompa au fil du temps, quand la jeune brunette se rendit compte qu'il existait quelque chose appelée argent, et que, comparé à ça, le talent et le mérite ne valaient absolument plus rien. Heureusement, il y avait bien des exceptions, à vrai dire assez nombreuses, parmi lesquelles elle figurait sans conteste, mais le fait était que ça la désolait de voir ces gens quelque peu élitistes s'imaginer avoir une quelconque degré d'intelligence. Ca la gonflait, même. Et, cette année, elle comptait bien ne pas les fréquenter du tout, puisqu'elle était convaincue qu'ils étaient tous superficiels à mort et incapables de faire le discernement entre une salle de cours et un Starbucks Café. Enfin. Elle aurait largement le temps de voir ses préjugés se réaliser devant ses yeux durant l'année, et de toutes façons, sa vie sociale ne lui importait que très peu. Tout ce qui comptait pour elle en ce moment-là était de profiter des derniers jours de soleil avant de se replonger dans le même rythme de vie infernal qu'elle avait pris le soin de cultiver pendant des années.

S’arrachant à ses réflexions oh comme philosophiques, la jeune fille déposa son verre de Coca sur la table et invita le jeune homme à s’asseoir d’un simple regard. Finalement, elle était assez de bonne humeur, et entre nous, il y avait largement de quoi. Il lui semblait qu’absolument rien n’aurait pu la mettre de mauvaise humeur, même sa commande qui tardait à venir, et même le temps qui la séparait de son entrée à Yale. Elle allait enfin quitter sa famille qu’elle trouvait plus qu’insupportable, elle allait enfin se débarrasser de ses machos de frères et de ses pestes de sœurs, et elle allait enfin aller en Amérique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://burstingHEART.over-blog.com
Logan Langdon
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 24
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: Walkin' down the street in Rome.   Sam 2 Fév - 16:04

Cette expression froide qu’y apparaissait sur le visage de la jeune femme aurait pu avoir quelque chose de charmeur si Logan ne l’avait pas assimilé à de l’arrogance pur et dur. Elle lui semblant distante, indifférente. Depuis tout petit, le jeune homme avait été habitué à ce que l’on manifeste beaucoup d’intérêt pour lui. Et bien, non, là, rien. Vide. Pour la première fois, le jeune brun put interpréter le mot « difficulté ». En effet, il n’avait jamais vraiment connu la difficulté durant sa vie. Fils d’une famille de nobles fortunés, il n’avait jamais manqué de rien. Son foyer était aimant et sa mère prenait d’ailleurs beaucoup de soins à coudre son bonheur sous toutes les coutures.
Son physique ne laissait rien à redire. Grand, musclé. En un mot Beau.
Il était aussi doté d’une capacité mémorial grande et de facilitée intellectuelle. Pour lui le mérite ne prenait pas non plus un sens concret. Il n’avait jamais eut le mérite de conquérir toutes ces jolies demoiselles, pas plus qu’il n’avait gagné le grand prix des « Prodiges » de son établissement, pas plus non plus qu’il n’ait été accepté si facilement aux universités de Yale. Tout ce résultait de facilité et de dons naturels surprenants, car il avait fait cela sans jamais devoir fournir d’efforts tout particulièrement intenses pour obtenir ce qu’il désirait. Il brillait simplement depuis tout ce temps sans pâlir par des difficultés. Ces nombreux atouts qu’il soit financier, physique ou moral avaient toujours portés leurs fruits. C’est ainsi qu’on ne peut parler de difficulté pour lui. Mais cette fois, pour cette toute première fois, la jeune femme assise devant lui ne semblait pas impressionnée, bien qu’elle ne le connaisse pas, par son être. Elle ne semblait pas plus intéresser. Il n’avait jamais rencontré de personne aussi peu curieuse que celle là. Elle paraissait si sur d’elle, si persuader qu’elle valait mieux que tout, que tout le monde, que lui-même. Un peu comme lui. Mais peut être que cette facette de son caractère n’était pas aussi marquée, aussi définie. C’était terrifiant. Il éprouva une certaine aversion à l’égard ce cette être si déconcertant…

Logan à présent animer par la seule pensée de montrer à cette jeune femme son importance, l’écouta répliquer d’une voix distante. Peut être était il inévitable que le combat de prestige s’établisse entre elle et lui. Ses yeux se plissèrent légèrement tandis que ses pommettes se relevèrent ne laissant apparaître qu’un semblant de sourire décidé. Il s’était entendu en lui-même de ne pas se laisser décroître par la simple rencontre d’une personne plus réfléchit que la moyenne de cette terre et qui plus est une fille. Son orgueil ne devait pas être touché face à cette fabuleuse apparition.


- Maintenant que vous me le dîtes je serais forcé de dire non. Non vous n’êtes pas ce genre de filles…

Il fut tenté de rajouté les mots : « Vous paraissez bien pire. » mais il n’en fit rien et garda en réserve se secret un peu outrant.

A présent la jeune femme lui faisait signe de s’asseoir. C’était un bon début. Elle acceptait sa présence. Il s’assit donc sur la chaise en face d’elle. Il était callé bien droit, le dos parfaitement aligné au dossier de fer. Son malaise s’était un peu dissipé mais sa curiosité et sa détermination avait grandit. Il se détendit légèrement, mais restait sur la défensive.

La jeune femme était d’une beauté maléfique. Sa peau finement grainée et son teint mate, brunit par le soleil, faisait apparaître son visage radieux. Ses lèvres minces et rosées étaient tirées sur son visage comme pour s’empêcher de sourire. C’est pourquoi, il ne pouvait pas voir l’apparence de ces dents. Ces yeux étaient perçants et dégageaient la désagréable impression d’être enveloppés d’un épais bandeau transparente à travers lesquels ont ne pouvaient distinguer les émotions et les ressentiment de la jeune femme. Ces mains était parfaitement manucurées et attrapait avec grâce le verre de Coca-cola qui était posé sur la table. D’une rigidité extrême, ces jambes se croisaient et se décroisaient inlassablement. Elle ressemblait à se genre de perfection que l’on rencontrait si souvent dans les contes de fées, tel que blanche neige. Ce genre de beauté qui à haute dose devenait un poison mortel.

Logan s’efforça de paraître le plus sympathique possible, de paraître simplement naturel. Il ne devait montrer rien en lui qui pourrait trahir son esprit compétitif lorsqu’elle lui annonça qu’elle allait à Yale. Ainsi elle allait à Yale elle aussi. Bien entendu Logan s’en était douté et c’est pour cette raison qu’il l’avait abordé. Il ne regrettait pas temps le faite de savoir qu’un prodige comme elle, allait l’accompagner au même endroit. Il allait sûrement la revoir, si elle ne passait pas toutes ces journées à la Bibliothèque où encore d’autre activité insociable que pratiquait souvent les élèves d’universités prestigieuses. Il dissimula sa pseudo-surprise et entreprit de lui répondre avec un ton posé :

- Vous allez donc à Yale vous aussi…

Il laissa planer le mystère…

Alors qu’il continuait à discuter, Logan se fit remarqué à lui-même que ces bonnes manières avaient disparut alors que son désir imminent d’en savoir plus sur cette jolie personne avait prit toute place en lui.


- Mais où sont passées mes bonnes manières. Je suis Logan, Logan Langdon.

Il lui adressa pour la première fois un sourire chaleureux en lui tendant la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mona Fletcher
Bella Ragazza | Lovely Child
avatar

Féminin Nombre de messages : 443
Age : 23
I heart : Working hard hard hard.
Humeur : UP.
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Walkin' down the street in Rome.   Sam 2 Fév - 17:09

Mona tendit ses doigts aussi minces que gracieux et effleura vaguement ceux du jeune homme. Elle passa ensuite la même main dans ses cheveux, dans une désinvolture agaçante mais qui lui était propre. Cependant, bien que toute son attitude décrivait le profond désintéressement qu'elle accordait à la situation, elle se devait bien de s'avouer que sa curiosté, piquée au vif par l'une des répliques de monsieur Langdon, faisait qu'elle était plus encline à parloter avec ce parfait inconnu qui l'était de moins en moins à mesure qu'ils s'engageaient dans la conversation. La jeune fille fronça alors légèrement les sourcils, comme plongée dans ses réflexions, pour rapidement les défroncer et lui adresser un sourire en écho au sien, peut-être un peu moins chaleureux mais tout aussi vrai - ou, tout du moins, moins hypocrite qu'on ne pourrait le croire. De toutes façons, Mona détestait par-dessus tout les sourires mielleux et faux que les gens s'adressent entre eux pour mieux se cracher dans le dos ensuite. Pour sa part, c'était soit tout ou rien. Et là, en l'occurrence, c'était tout. Finalement, Logan était peut-être moins niais qu'elle ne le pensait - même s'il n'avait franchement rien du parfait petit étudiant venant d'être accepté à Yale. Pourtant, c'était ce qu'il semblait vouloir affirmer, ou du moins vouloir sous-entendre, car il avait visiblement la mauvaise habitude de ne jamais parler clairement et sans détours. Au contraire, il semblait avoir un faible pour les tournures de phrases un peu ambigües qui l'irritaient un brin et qui la forçaient presque à répondre sur-le-champ. Ainsi, à peine eut-elle repris contact avec le verre, quelque peu glacé, de son chêêêr Coca, elle lâcha de sa même voix cassée :

- Et moi c'est Mona. Je suppose qu'on va se retrouver à Yale ?

Sa question n'en était pas vraiment une puisqu'elle n'attendait pas réellement de réponse de sa part, mais la jeune Italienne l'avait tout de même posée étant donné qu'il fallait bien qu'elle donne une interprétation aux paroles du jeune homme, aussi banale soit-elle. A ce moment-là, le serveur lui apporta enfin son fameux steak-frites, qui ne lui paraissait pas aussi appétissant que lorsqu'elle était sortie de chez elle, l'attente lui ayant un peu saqué l'appétit. Elle fit une vague grimace en voyant le surplus de ketchup qu'elle n'avait pas demandé mais qu'ils avaient jugé nécessaire pour accompagner le reste et, juste après que le serveur eut tourné les talons, elle repoussa l'assiette d'un mouvement de main, et elle se retrouva pile devant le nez de Logan. Le brunette esquissa un petit sourire et le regarda avec des yeux de petite fille :

- Sers-toi si tu as faim.

Evidemment, elle ignorait qu'il avait déjà englouti je ne sais quel repas au sein du même snack, mais quoiqu'il en soit, elle n'avait plus faim et ne se voyait pas partir en laissant son assiette entièrement pleine vu qu'elle était l'une des habituées du lieu et qu'elle ne voulait pas faire "mauvaise impression". En effet, elle avait fini par prendre en affection le gérant et la plupart des serveurs réguliers qui y travaillaient et elle ne voulait pas leur donner l'idée qu'elle n'appréciait plus leur bouffe - ils se vexaient, en règle générale, très rapidement. D'ailleurs, elle n'avait jamais réussi à comprendre pourquoi. Si elle était à leur place, elle ne s'en ferait sûrement pas pour si peu. Après tout, elle ne doutait jamais de ses capacités et si les gens n'étaient pas satisfaits du résultats, ils n'avaient qu'à foncer droit sur un mur, c'était vraiment le dernier de ses soucis. C'était bien le trait qui la caractérisait le mieux, étant donné que tout ce qu'elle avait réussi, elle le devait à son entêtement et son incroyable capacité à ne pas prêter attention à ce que disent les gens. Elle ne retenait rien de personne, pas même de ses profs qui avaient essayé de lui faire changer d'avis quant au sujet de son essai pour son admission à Yale. Le sujet imposé était de parler d'une personne qui était d'une grande influence sur leur vie, et elle avait pris l'irrévocable décision de parler d'elle-même. La bunette avait alors refusé catégoriquement toutes les idées de ses professeurs, qu'elle trouvait banales au possible, et elle avait finalement eu raison. Preuve qu'elle ne pouvait vraiment se fier qu'à elle-même. Aussi était-il raisonnable de penser qu'elle seule pouvait avoir une influence sur elle-même. Certains prenaient ça pour de l'arrogance pure et dure, et peut-être n'ont-ils pas tort, au fond, mais ça ne lui importait pas réellement, pour ne pas dire pas du tout. Elle n'en faisait qu'à sa tête. Et toc. La jeune fille balaya soudainement toutes ces pensées de son esprit pour se reconcentrer sur le canon qui était assis devant elle - parce qu'autant ne pas se voiler la face, il était vraiment canon. Evidemment, ça ne changeait rien au fait qu'elle ne lui trouvait rien de bien particulier puisque tout l'intérêt qu'il avait éveillé en elle grâce à Yale s'était déjà évanoui, puisqu'accéder à cette université n'avait justement rien de bien spécial. Après tout, ils étaient des millions à être passés par la case Yale, et pas tous avaient rencontré un succès fulgurant par la suite, alors autant ne pas se précipiter.

- Je m'ennuie terriblement, ici. J'ai envie de me dégourdir les jambes, lâcha-t-elle enfin d'un ton de paresse. On aurait presque dit qu'elle avait envie de dormir. Pauvre choute. On sait tous que de se retrouver en compagnie d'un pareil beau gosse est irritant au possible (ironie, of course).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://burstingHEART.over-blog.com
Logan Langdon
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 24
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: Walkin' down the street in Rome.   Dim 3 Fév - 17:20

[Désolé du retard !]

La main de la jeune femme effleura celle de Logan. Sa peau était douce et fraîche malgré la chaleur qui rendait moite la plupart des mains. Le jeune homme dégagea sa main de sur la table pour la poser sur sa cuisse droite. De toutes manières ce geste était certainement anodin puisque quelques secondes plus tard elle passa sa main dans sa crinière brunie dans un geste qui se voulait provoquant. Sa longue masse de cheveux bruns retomba ensuite sur ces épaules tout en souplesse.
Elle se présenta à son tour. Mona. Joli, bien qu’il lui apparût comme un de ces prénoms de petites filles boudeuses, il lui allait très bien. Il regarda la jeune femme et tour à tour pensa à son prénom. Oui, cela collait parfaitement à la jeune femme.
Le jeune brun pensa momentanément à tous les affreux prénoms dont lui avait infligé ses parents. Logan, son premier, lui faisait pensé aux prénoms de feuilletons télévisés débiles auxquels il ne s’était jamais abusé à regarder. Venait ensuite Daniel. Un prénom tout autant féminin, lorsqu’il prenait ces « lle », que masculin. Et enfin Bart. C’était le pire de tous et heureusement son troisième et dernier prénom. Il appartenait à son grand père paternel et c’est pour cela qu’il le respectait malgré sa consonance pas vraiment merveilleuse. Voilà. Lui, n’avait en effet pas été gâté côté prénom.
Il frotta légèrement le col de sa chemise où une miette de pain s’y était installé et reporta alors son attention sur Mona. Sa question avait du certainement être posé plus par politesse que par réelle intérêt. En tout cas lui n’en trouvait pas le moindre.


- En effet…

Il se demandait ce qui lui arrivait. D’habitude le jeune homme était plutôt bavard mais là, plusieurs silence s’installait entre eux jusqu’à que l’un deux brise la glace. Etais-ce parce que la jeune femme avait décidé d’être aussi froide à son égard au début de leur rencontre que Logan développait si peu ses réponses ? Il fallait tout de même qu’il fasse un effort pensa t-il. C’était tout de même la première personne qu’il connaîtrait en arrivant à Yale en dehors de Luca, qui était son meilleur ami et avec qui il allait emménager. Logan sembla oublier ces rancunes primaires contre la jolie Mona. Après tout il avait apprit depuis longtemps à accepter le caractère névrosé de la sœur de sa mère donc pourquoi ne pas faire d’effort pour trouver un peu de bon au fond de cette jeune femme impertinente et hautaine.
Il ne savait pas si il devait la tutoyer ou la vouvoyer. Mais par pur bon sens via la politesse il choisit le vouvoiement. Après tout ce n’était pas comme si il se connaissait depuis 1 ou 2 semaines. Non. A peine 15 minutes venaient de s’écouler par cette chaude journée.


- Et à part sa, vous compter étudiez quel domaine en particulier, Mona ?

Le serveur arriva, accompagné d’un steak/frite noyé sous une montagne de ketchup. Bou, les vilains cuisiniers. Bizarrement Logan n’avait jamais connu ce genre de plaisanterie. Enfin si on pouvait appelé sa plaisanterie. En effet, il ne lui était jamais arrivé de mal manger ici au snack d’Angelo. C’est pour cela qu’il y venait régulièrement aussi. Après sa, il fut un peu écoeuré, en pleine digestion de son brownie. Le plat ne lui paraissait alors vraiment pas apetissant lorsque la jeune femme lui proposa de se servir. La bonne blague.

- Non merci. J’ai déjà mangé enfaîte.

Il se demandait comment la jeune femme allait pouvoir avalé cette ignoble plat. Autant les frites et le steak d’accord, autant la rivière de ketchup était infecte. Mais apparemment Mona n’était pas tellement emballé non plus à la vue de tout ce rouge foncé et opaque dans son assiette. Avec une pointe d’ironie et une légère grimace de dégoût il lui dit :

- Bonne appétit.

Là, il s’avéra que son ton moqueur avait prit parti de lui. Puis, un sourire naquit sur ses lèvres fines. Elle lui proposa alors indirectement de s’en aller. Oui, pourquoi pas. Fallait il encore trouver un moyen de ce débarrasser de l’assiette.
Il comprenait l’embarra de la jeune femme alors qu’il pensait qu’elle devait être, comme lui, une habitué vu son comportement avec les serveurs et son air à l’aise. Cela ne devait pas faire bon effet et elle perdrait un peu de sa valeur aux yeux du gérant si elle ne faisait pas honneur à sa cuisine… Lorsqu’il le souhaitait Logan pouvait être très machiavel. Il tapa contre la table et l’assiette qui se tenait sur l’extrême bord tomba dans un bruit sourd. Il regarda la jeune femme sans la moindre expression de fierté mais plutôt de l’embarras. Okay, on pouvait lui sortir la carte du « Pensez aux petits enfants en Afrique qui meurs de faim. » ou encore la réaction très pieuse du « On ne joue pas avec la nourriture. » mais il était certain que Dieu lui pardonnerait cet écart, après tout, c’était pour une bonne cause. Il n’allait tout de même pas laisser cette jeune Mona s’empoisonner. Peut être allait t-elle le prendre mal. Mais qu’importe si elle ne voyait pas qu’il lui avait donner un coup de main. Il s’en souviendrait à l’avenir et ne tenterait plus rien d’un peu tabou.
Il se pencha avec une extrême rapidité pour ramasser les morceaux d’assiette, aidé du plus jeune serveur qui nettoyait le sol avec son vieux torchon crasseux. Quelques curieux s’étaient retournés. Il détestait de genre de personne commère, et qui épiais sans arrêt les autres. Il lui inspirait une certaine médiocrité. Il s’excusa auprès du serveur et se releva enfin. Puis Logan se secoua légèrement les mains avant d’attraper une serviette et de s’essuyer les mains. Il saisit l’instant pour expliquer à Mona son geste. Elle se tenait à peine à 30 centimètre de lui ses jambes croisées terminées par de jolis escarpins.


- Je sais que ce n’est pas hyper distingué mais comme sa on en parle plus. Vous me pardonnez ?

Il avait demander sa pour s’assurer qu’elle n’avait pas trop été traumatisé par la scène. Il ne pensait pas, vu son fort caractère, qu’elle avait été touchée ou outrée de cette manière de se débarrasser de la situation.
Logan se redressa alors complètement et fouilla dans son porte feuille. Il en sortit un billet de 20 qu’il posa sur la table avec un soin tout particulier. Le repas de Mona n’avait du coûter pas plus de 10 euros, aussi le pourboire laissé était conséquent pour se faire pardonner la casse d’une de leur assiette.
Il regarda alors la jeune femme et lui tendit la main. La question qu’il posa ensuite paraissait ne pas coordonner avec son geste du bras.


- Où est ce qu’on va ?


En effet il ne savait pas encore où aller mais il attendait entre autre à ce que la jeune femme désigne une destination parmi ses favorites. Puisqu’ils allaient tous les deux quitté l’Italie dans deux jours, il fallait bien profiter des dernières journées qui leurs restait en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mona Fletcher
Bella Ragazza | Lovely Child
avatar

Féminin Nombre de messages : 443
Age : 23
I heart : Working hard hard hard.
Humeur : UP.
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Walkin' down the street in Rome.   Dim 3 Fév - 19:37

Mona, qui s'était montrée un peu réservée à l'égard du jeune homme dans un premier temps, éclata finalement de rire en voyant Logan faire tomber l'assiette au contenu complètement dégueulasse par terre sans scrupule aucun. Autant la spontanéité avec laquelle il avait réagi lui avait plu, autant elle lui était reconnaissante de l'avoir débarrassée de la lourde tâche qui lui incombait, et qui était donc de devoir ingurgiter cette montagne de ketchup et de frites molles qui, heureusement, n'étaient plus. Tout de suite alors, elle trouva la perspective d'aller se balader avec lui beaucoup plus réjouissante que lorsqu'elle avait elle-même proposé l'idée, et elle s'empressa de s'agripper à son bras avec un sourire qui dévoila enfin sa dentition parfaite - merci les gènes. En effet, sa mère avait un sourire à faire briser les roches, et la jeune Italienne n'a donc pas eu besoin de subir deux années d'appareil dentaire comme beaucoup d'autres dans son entourage. Elle avait purement et simplement hérité des dents de sa mère, et, pour une fois, elle devait bien avouer qu'elle lui valait bien ça. En fait, Mona avait quasiment tout hérité de sa mère, excepté le caractère. C'était en quelques sortes une copie miniaturisée - comprenez exempte de rides - de sa génitrice. Elle avait exactement les mêmes cheveux bruns, le même nez, les mêmes lèvres minces et fines et la même peau douce. Cependant, elle devait la magnifique couleur de ses yeux à son père chéri, qui, lui, lui avait légué le sang bleu des Anglais - car c'était son origine - et son acharnement au travail. Enfin, quoiqu'il en soit, Mona se leva au moment où Logan lui tendit le bras, laissant derrière elle le petit désastre qui avait alerté un ou deux serveurs, et remarqua au passage le billet de 20 euros que Logan avait jugé nécessaire de déposer sur la table. Ok, c'était bien charmant de sa part, mais elle aurait très bien pu s'en charger toute seule. Cependant, ne voulant pas gâcher sa bonne humeur pour une simple question d'orgueil, elle fit abstraction de ce détail et répondit à la question du jeune homme avec une fraîcheur déconcertante après la froideur dont elle avait fait preuve auparavant :

- Mmm, je sais pas, j'ai envie de soleil tout plein, donc ne compte pas sur moi pour entrer dans quoique ce soit qui ait des murs et un toit.

Elle lui jeta un regard où brillait une pointe de malice, puis elle l'entraîna vers la sortie, ayant déjà rayé la case Angelo de son esprit. Elle se demandait si Logan était le genre de type à ne s'intéresser qu'aux lieux super méga privés et snobs qui ne laissaient entrer que la clientèle appropriée, comme les clubs de golf, par exemple. Franchement, qui a eu l'idée d'inventer un sport pareil ? Et le plus amusant, dans l'histoire, c'est qu'il n'y a que les vieux riches qui sont capables de le pratiquer avec claaasse, voyez-vous. Pour sa part, Mona n'avait jamais cherché à s'intéresser, de près ou de loin, à ces occupations oh comme distrayantes, et de toutes façons, ce n'était pas demain la veille qu'elle allait se dandiner sur une pelouse avec un club à bout plat dans l'espoir d'envoyer une ridicule petite balle dans la bonne direction. En gros : ce n'était pas du tout sa tasse de thé, aussi espérait-elle que le jeune homme n'avait pas des goûts de bourges aussi bêtes qu'ennuyeux. Ok, il y en avait qui n'étaient pas si ennuyeux que ça, mais la jeune fille n'avait jamais rien trouvé d'attrayant à courir les boîtes de nuit, pour ne citer que l'exemple le plus flagrant qui se répandait de plus en plus chez cette jeunesse dorée qui s'est retrouvée éparpillée partout dans le monde. A dire vrai, elle-même n'avait à se plaindre de rien. Au contraire, elle profitait de ce que l'argent pouvait leur apporter - les Manolo à ses pieds en témoignaient largement - mais elle trouvait simplement que jeter de l'argent par les fenêtres pour vivre dans la décadence et dans la débauche était particulièrement stupide. La jeune Italienne avait donc appris à goûter aux simples petits plaisirs de la vie, comme flâner dans les rues de Rome pendant des jours en été, ou encore..

- Je sais ! On va jouer les touristes à Rome, et on va faire tous les lieux, la Fontaine de Trevi, le Colisée et tout et tout. Attends, il nous faut juste un appareil photo jetable, des chapeaux de paille typiquement touristes et des lunettes de soleil pour compléter la panoplie. Ne dis rien, je sais que tu en meurs d'envie.

Elle lui tira la langue et le gratifia d'un autre sourire, plus éclatant encore que le premier. Décidément, elle appréciait de plus en plus la compagnie du jeune qui, finalement, avait su se rendre agréable à ses yeux. Cependant, elle avait la mauvaise impression que, aussitôt qu'ils auraient repris le cours de leurs vies respectives, elle allait complètement oublier son existence. En effet, Mona ne retenait jamais rien des personnes qu'elle rencontrait. Elle pouvait très bien passer une journée entière avec quelqu'un et l'oublier le jour suivant, principalement à cause de ses études, mais aussi parce qu'elle s'accordait si peu de temps pour penser à elle qu'elle préférait ne pas le gâcher en pensant à autrui. D'accord, ça peut sembler assez égoïste, sur les bords, mais où diable êtes vous allés pêché que Mona était la parfaite petite fille modèle qui cherchait à plaire à tout le monde ? C'était loin d'être le cas, d'ailleurs. Certaines personnes la qualifieraient même de garce, mais bon, ce n'était pas le cas non plus, elle ne faisait pas dans l'extrême, ni dans le stéréotype. Et puis elle ne préméditait jamais rien. Ce n'était pas dans son genre de faire des plans machiavéliques pour se venger de telle ou telle personne - genre. Au contraire, c'était une fille tout ce qu'il y a de plus spontané, et elle pouvait réagir de façons tellement paradoxales, selon son état d'esprit et la situation, bien entendu. D'ailleurs, elle n'avait jamais pensé à jouer les touristes dans sa propre ville jusqu'à ce jour, allez savoir pourquoi, et autant avouer que l'idée ne lui déplaisait pas fortement. Il ne restait qu'à espérer que monsieur Langdon allait être d'accord. De toutes façons, s'il ne l'était pas, la jeune brunette n'allait pas se priver pour le faire, même seule, ce n'était pas ça qui lui importait réellement. Honnêtement, redécouvrir une ville qu’on a toujours habitée sous l’œil de quelqu’un qui n’y a jamais mis les pieds pouvait se révéler amusant, voire instructif en soi. Non ? Quoiqu’il en soit, c’était le point de vue de la jeune fille. Et elle croisait les doigts pour que son joli minois fasse office d’argument au cas où Logan ne soit pas aussi emballé qu’elle par cette perspective.

La jeune fille ajouta alors, après avoir marqué une petite pause, le temps de réfléchir à tout ça :


- En plus, les marchands de glace sont toujours plus sympas avec les touristes. Si ça se trouve, on aura droit à des glaces gratuites, et comme nos gelato sont les meilleures.. Miam.


Mmm.. Mona s’imaginait déjà les montagnes de glace qu’elle pourrait commande, histoire de compenser le déjeuner qu’elle n’avait pas mangé. Son parfum préféré était sans conteste les Noisettes, mais elle avait aussi un goût prononcé pour la vanille et la pistache. Par contre, elle détestait la fraise. Eurk. Elle se demanda alors si son obsession pour les glaces était réellement normale, comme le lui avait souvent répété son père, mais elle en doutait chaque fois un peu plus, puis elle se disait qu’au fond, chacun a son péché mignon, et que le sien, ben c’était la glace. Ok, elle en avait pas mal d’autres, mais chut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://burstingHEART.over-blog.com
Logan Langdon
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 24
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: Walkin' down the street in Rome.   Dim 3 Fév - 21:56

La jeune femme éclata de rire. C’était un bonheur de la voir s’esclaffer comme sa. Logan qui l’avait prit par avant pour une momie froide et coincée changea totalement d’opinion sur elle à ce moment là. Il l’avait regardée amusé lorsqu’il se relevait. Drôle de petite brune. Il fut tout de même quelques peu soulagé de savoir qu’elle l’avait bien prit au cas contraire il aurait été assez mal à l’aise, une fois de plus blessé dans son amour propre. Mais tout c’était bien passé. Tant mieux.

Il vit une lueur intense traversée les yeux de Mona lorsque celui-ci paya gracieusement le repas de la demoiselle. Apparemment elle n’avait pas trop aimé qu’on la soutienne autant. Mais le jeune homme n’en parut que plus ravi, il avait enfin prit sa « revanche » pour tout à l’heure. Elle attrapa enfin le bras qu’il lui tendait et ils partirent tous les deux hors de la terrasse du Snack d’Angelo un peu plus complice qu’au début de leur rencontre.

Le jeune homme aimait effectivement bien traîner dans les boites de nuits mais, comme son nom l’indiquait, la nuit. Il avait en effet cette attirance pour les fêtes et la bonne joie qui circulait dans ces ambiances folles. Bien sur les coins chicos ils les connaissaient bien mais il s’avait parfaitement faire la part des choses. Alors que la moitié de ces amis était totalement « in » et drogué au moins, lui cultivait en parallèle un goût pour les études et un désintéressement de l’argent. En effet, l’argent avait tellement, durant sa vie, été une chose négligeable qui coulait à flot qu’il l’utiliser comme le papier toilette sans avoir la prétention d’être riche. Pour un résumer plus simple, il était loin d’être ces Nappys décadents. Pourtant la jeunesse de son rang était très souvent conditionnée à ce genre de puérilité. Infecte et bien dommage. Pour sa part, Logan trouvait pitoyable pour des jeunes femmes âgées de 14 ans, qu’elles couchent pour se faire une réputation. Il méprisait depuis toujours ces jeunes femmes, même si parfois le charme persévérant d’une jolie blonde ne pouvait pas le laisser indifférent. C’était un homme après tout. Normal je dirais, même si vous vous me direz « On peut toujours se contrôler. » Mais malgré quelques rares exceptions il n’en restait pas moins que Logan les détestait, et pourtant c’était pratiquement la moitié de ses amis. Mon Dieu lorsqu’il y réfléchissait, tant de blonde écervelée… D’ailleurs, c’était doublement bénéfique qu’il ai une aversion totale pour les aguicheuses fausses blondasses car sa préférence était belle et bien portée aux rousses. Il préférait les taches de rousseurs et l’esprit enfantin qu’elle inspirait à tout autre. En générale… car son idéale féminin n’en restait pas moins : Wonder Woman avec ses vêtements très « out » et sa crinière brune ensorceleuse. Mais assez parler de sa. Pour l’instant.

La jeune femme était parut alors super amicale avec lui et bien que ce renversement de situation l’étonnait un peu il en était enchanté. Mona était alors entrain de s’exprimer sur leur futur sorti. Mais elle n’on plus ne savait pas trop où aller. En tout cas, ils étaient d’accord sur un point : ne pas rester enfermé par ce beau temps. Il acquiesça d’un signe de tête :

- Sur ce point je suis totalement d’accord, j’ai envi de profiter de la ville, du soleil. On pourrais peut être…

Elle le coupa, exposant son idée. Il l’écouta. Après tout « écouter » était une de ces plus fidèle qualité… Logan ouvrit de grands yeux, avec la pommette gauche relevé comme si il n’y croyait pas. Sa proposition était sacrément farfelue. Bien plus que celle qu’il avait eut en faisant tomber l’assiette à terre. Ainsi elle voulait jouer au touriste. Cela faisait presque depuis l’âge de 14 ans qu’il n’avait pas fait de vraies visites touristiques. Il ne savait pas comment si prendre mais était persuadé que la case chapeau n’était pas obligatoire. D’ailleurs elle ne l’enchantait guère. A vrai dire il portait très mal le chapeau de paille et puis se balader dans un tel accoutrement, lui qui faisait toujours attention à la façon dont il se revêtait… Cela lui parut un peu saugrenu mais après un silence où il ne dit rien, il décida intérieurement de faire un effort. Après tout le ridicule ne tuait pas. Puis, lorsqu’elle parla de glace il parut réjouit. Comme si elle avait lu dans ses pensés, c’était exactement ce qu’il souhaitait faire. Remarquant qu’elle l’avait tutoyer il en fit de même.


- Vu de ce côté-là… Visite, et glace en prime… J’accepte. Il lui rendit son si beau sourire. Mais tu blagues pour les chapeaux rassure moi ?

Contraint d’accepter, il la suivit et ils partirent alors dans la rue qui menait à la boutique de vêtements. Il se sentait heureux : faire une visite guidée avec une jeune et jolie inconnue et bientôt entrée à l’université. C’était le comble… d’un rêve éblouissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mona Fletcher
Bella Ragazza | Lovely Child
avatar

Féminin Nombre de messages : 443
Age : 23
I heart : Working hard hard hard.
Humeur : UP.
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Walkin' down the street in Rome.   Lun 4 Fév - 18:53

Mona lâcha une nouvelle fois son rire cristallin à la dernière phrase du jeune homme et l'entraîna dans la première boutique de vêtements et accessoires qu'elle remarqua. C'était un petit local qui donnait sur la même rue où se trouvait le snack qu'ils venaient de quitter, et qui était visiblement tenu par une petite femme rondelette qui souriait jusqu'aux oreilles. La jeune Italienne lui rendit son sourire et, sans même laisser le temps à Logan de dire quoique ce soit, elle s'adressa à la gérante avec un accent British à souhait visant à accentuer l'idée de ne pas être du coin :

- Bonjour. Nous voulons un chapeau de paille et un short avec flowers pour homme, si c'est possible.

Non, Mona n'était pas tombée sur la tête. Elle avait juste jugé que, en effet, un chapeau de paille n'irait certainement pas avec le jeune homme. Par contre, un short style hawaïen l'aurait fait totalement ressemblé à un touriste, un peu à l'ouest, certes, mais la jeune fille aimait bien jouer sur les apparences, quitte à se rendre ridicule aux yeux des gens, ça n'a jamais tué personne. Elle se tourna alors vers Logan, un sourire malicieux aux lèvres et des étincelles dans les yeux. Elle allait ajouter que des tongs ne leur auraient fait aucun mal, mais elle se ravisa, de peur d'en faire trop. En fait, il ne s'agissait pas d'en faire trop ou pas, mais elle ne voulait pas se lasser trop vite de leur petit jeu et se désintéresser une nouvelle fois de ce qui se passait autour d'elle. Ca lui arrivait d'ailleurs relativement souvent, et elle se mettait alors à divaguer, à penser à ses mathématiques pourries, à son bureau qui devenait de plus en plus inconfortable à mesure qu'elle y passait plus de temps, à son stylo Reynolds qui n'écrivait plus, à sa sandale Gucci droite qui s'était coincée sous son lit, à la femme qui présentait la météo et qui lui tapait sur le système, et à une tonne de détails tous plus futiles les uns que les autres, à tel point qu'elle se rendait à peine compte qu'elle était en train de parler à quelqu'un. Fort heureusement, ce n'était pas le cas à l'instant même, puisqu'elle regardait avec la même malice la gérante se précipiter en direction d'une étagère où étaient entreposés une multitude de chapeaux tous plus différents les uns que les autres, allant du bob vert caca au béret en jean. Un peu plus loin étaient entreposées des chemises tout ce qu'il y a de plus joli, à carreaux, de couleurs unies, à motifs, à fleurs et j'en passe. Mona s'en approcha alors, palpa vaguement le tissu, puis elle retira sa main de l'étalage et regagnit le centre de la boutique où était posté Logan. La jeune fille s'apprêta à lui adresser un autre sourire quand son portable vibra dans sa poche. C'était l'une de ses amies qui venait de lui envoyer un message et qui, visiblement, avait besoin d'elle de toute urgence. La jeune Italienne fermit le clapet de son portable, le fourra dans sa poche et lâcha rapidement, sans même prendre la peine d'articuler correctement :

- J'dois y aller, ça a l'air urgent, on se verra une autre fois, salut.


Elle lui piqua un bisou sur la joue et sortit de la boutique en trottinant. Une fois dehors, elle prit le premier taxi qui passait par là et se dirigea vers la demeure de son amie. A peine avait-elle mis un pied dans la voiture qu'elle zappa totalement Logan de son esprit. Elle se demandait simplement ce que son amie - Rose, c'était son nom - voulait d'elle, encore. La connaissant, ça ne devait sûrement pas être aussi urgentissime qu'elle l'avait mentionné dans son message, mais de toutes façons, Mona ne crachait jamais sur une soirée entre filles.

HJ. Bon, c'est court, mais je m'suis dit qu'il valait mieux terminer le topic, puisque le RP ouvre aujourd'hui, donc ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://burstingHEART.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Walkin' down the street in Rome.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Walkin' down the street in Rome.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eleksyonaval March 20th: Street Gangs Vs Suite Gangs - Le même chose!
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Rome interdit les bocaux à poissons rouges...
» [Rome-Versailles] Un long, trop long voyage [RP unique]
» Rome Total War II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gossip Girl RPG - Lux & Veritas, welcome to Yale :: Around the World :: Le reste du monde-
Sauter vers: